0017.

la buse empaillée posée sur sa branche, les ailes déployées .qui me regardait m'endormir avec l'œil qui brille, impressionnante, effrayante pour un enfant, et tous les quarts d'heure cette terrible buse qui me fixe au rythme du carillon, de la pièce voisine, la salle. La chambre de derrière vue de mon lit immense, avec les WC à gauche, le jardin au fond cette chambre ou je dormais, sous un énorme édredon